Innovation: les chantiers du futur à Paris

Paris reinventer«Innovation». Tel devra être le maître-mot qui guidera les vingt-trois chantiers que la Mairie de Paris s'est donné pour objectif de mener à bien, d'ici la fin de son mandat, en 2020. Lundi 3 novembre,Anne Hidalgo (PS), maire de la capitale, et Jean-Louis Missika (sans étiquette), son adjoint à l'Urbanisme, avaient donné rendez-vous à de nombreux architectes, promoteurs et entrepreneurs au Pavillon de l'Arsenal, qui accueille le Centre d'information, de documentation et d'exposition d'Urbanisme et d'Architecture de Paris et de la métropole parisienne. Ensemble, ils ont présenté leur appel à projets urbains innovants, baptisé «Réinventer Paris».

«Ce que nous vivons là est un moment historique. Il n'y a pas une ville au monde qui a osé faire ce que nous allons faire aujourd'hui», s'est enthousiasmée la maire de Paris. Cet appel à projet permettra de «remettre les clés de la fabrication de vingt-trois territoires», à «tous ceux qui contribuent à la fabrication de la ville»: «Élus, promoteurs, architectes, innovateurs dans tous les domaines de la vie urbaine, citoyens, amoureux du patrimoine, usagers», appelés à composer des équipes pluridisciplinaires, a-t-elle précisé.

paris 2

L'innovation, premier critère, devra être au rendez-vous. Innovation architecturale et technologique, avec l'objectif de répondre aux «défis environnementaux» de la capitale. Innovation dans la manière d'élaborer les projets et de les financer. Innovation dans le choix des lieux (sous-sols, toits, friches, périphérique). Innovation dans la prise en compte des nouvelles manières d'utiliser les bâtiments.

De l'innovation urbaine à l'innovation sociale

«L'innovation urbaine du XXIe siècle, c'est aussi celle des usages. C'est l'immeuble pluriel, mutable et mutualisable. C'est ensuite très liée à l'innovation sociale. Les modes de vie des Parisiens changent à grande vitesse, les bâtiments doivent s'y adapter», a expliqué Jean-Louis Missika.

Sur un nouveau site Internet dédié à ce projet, la mairie de Paris présente les 23 sites proposés pour être réinvestis, réinventés. L'Hôtel de Coulanges (IVe), l'ancien conservatoire (XIIIe), la Gare Masséna (XIIIe), les Bains-Douches Castagnary (XVe), la sous-station Voltaire (XIe)... font partie du lot. Il y a également des terrains nus ou des friches industrielles dans le quartier de Clichy-Batignolles (XVIIe) ou le Triangle Éole-Évangile (XIXe). Au total, ce sont pas moins de 150.000 mètres carrés constructibles qui sont mis à disposition sur ces territoires appartenant à la Ville ou à des bailleurs sociaux et des sociétés d'économie mixtes.

urbanisme_hidalgo

L'appel à projets se déroulera en trois phases. Une première au cours de laquelle les candidats se feront connaître, débouchant en février sur la sélection des consortiums les plus sérieux. Aura ensuite lieu l'élaboration des pré-projets, avec l'établissement en juillet d'une short list des meilleurs. Enfin, un jury international sélectionnera les lauréats en décembre.

À un mois d'un conseil de Paris où se décidera l'avenir de la tour Triangle - autre projet d'urbanisme de la capitale menacé d'être bloqué par une alliance des Verts avec la droite - Anne Hidalgo a coupé l'herbe sous le pied de ses détracteurs en réaffirmant son volontarisme urbain.

http://www.reinventer.paris/

Le Figaro publié le 04/10/2014

http://www.lefigaro.fr/culture/2014/11/04/03004-20141104ARTFIG00130-urbanisme-23-chantiers-pour-reinventer-paris.php

Laisser un commentaire