Churchill/De Gaulle, mésentente cordiale aux Invalides

churchill-degaulle_201503(1)

Vous cherchiez des grands hommes ? Des hommes d'Etat ? Les voilà ! Aux Invalides, hélas… Il fallait en tout cas la majesté de ce lieu mythique  pour accueillir cette fascinante exposition consacrée aux destins croisés de Churchill et De Gaulle. C’est mon coup de cœur de la semaine. Churchill, De Gaulle ? Ils se détestaient …. ! « Non, ils se respectaient… », corrige la guide du Musée. Alliés et frères ennemis, au fond.  En 1940, De Gaulle est encore un inconnu, Churchill déjà un vieux routier de la politique, un maître de la com' avant l’heure. Il veut faire connaître De Gaulle, et se heurte à la raideur du Général : « On veut me lancer comme une savonnette ! », soupire l’homme de la France Libre.Voilà les secrets de cette mésentente cordiale, et des formules assassines...

De Gaulle en 42 : « Pauvre Churchill ! Il nous trahit et il nous en veut d'avoir à nous trahir ! » Churchill, en 43, avec l’accent : « Si vous m'obstaclerez (sic) je vous liquiderai... ». Winston, l'imprévisible, qui fait preuve d’un cynisme total.  Ne manquez pas cette étonnante photo du Premier Ministre britannique à la Al Capone, pistolet-mitrailleur Thomson sous le bras, cigare au bec et chapeau haut de forme, tel un gangster de Chicago ! Churchill, tout de même Prix Nobel de Littérature, excentrique, qui dictait ses mémoires de guerre dans sa baignoire... ou ans son lit, avec une perruche sur l'épaule. Qui a défendu De Gaulle face à Roosevelt -l’américain se méfiait du Général, mais pas au point de le faire inviter à Yalta ! Vous découvrirez les textes des séances secrètes de la Chambre des Lords pendant la guerre, et bien d’autres documents qui appartiennent à l’histoire.  Et vous constaterez au passage que l'Appel du 18 juin n'a jamais été enregistré : celui que l'on entend toujours fut prononcé en fait 4 jours plus tard, le 22 juin 40 ! Churchill, De Gaulle, deux monuments, personnages hors norme, militaires, politiques, écrivains, et … peintre pour Churchill. De Gaulle avait aussi de l’humour :  « Au fond mon plus grand rival, disait-il, c'est Tintin !»

leparispostaparis@gmail.com

http://www.churchill-degaulle.com/

http://www.musee-armee.fr/programmation/expositions/detail/churchill-de-gaulle.html

http://www.charles-de-gaulle.org/pages/l-homme/dossiers-thematiques/1940-1944-la-seconde-guerre-mondiale/l-appel-du-18-juin/documents/l-appel-du-22-juin-1940.php

Laisser un commentaire

Nous vous recommandons :