Esprit de Noël , loin de la Sainte famille...

1419532219501Le soir de Noël,  c'est merveilleux ou c'est l'enfer !... Mais ou est donc passé l'esprit ? "A Noël, les Français veulent faire famille à tout prix autour de l'enfant": vrai? Vrai ! C'est ce que rappelle l'ethnologue Martyne Perrot. "S'il n'y a pas de rejetons dans l'arbre généalogique", la volonté de célébrer l'évènement fond comme bonhomme de neige au coin du poêle..." "On s’aperçoit que les personnes les moins à l'aise avec Noël sont souvent les personnes sans enfants ou les adolescents: ce sont les réveillonneurs les plus susceptibles d'opter pour le restaurant, le travail, le voyage ou plus simplement le bistrot le soir du 24!" Noël a su évoluer avec la société, écrit Marie Adelaide Scisgsag, la vie de famille est de plus en plus compliquée, alors les couples divorcés et leurs enfants enchaînent les rounds : chez les différents grands-parents ou beaux-parents... "Certaines personnes font quatre ou cinq 'réveillons'. Par ailleurs, les familles sont plus dispersées géographiquement qu’elles ne l’étaient avant", raconte Martyne Perrot. Noël en famille, c'est parfois très tendu, bien loin de la Sainte famille !" Une étude LCL en ville / OpinionWay confirme : parmi les urbains actifs interrogés, 37% des gens qui ne fêtent pas Noël invoquent une situation familiale chaotique. Enfin, "les Français qui ne fêtent pas Noël sont en partie des personnes isolées et/ou âgées, même si les associations font au mieux pour pallier ce manque",assure Martyne Perrot. Si l'ethnologue confirme que Noël "accentue aussi la solitude", elle rappelle que décembre est le mois qui enregistre le moins de suicides.

IMG_20141226_112610

"En France, depuis quelques années, on essaie de raviver les traditions". Les villes moyennes se sont dotées de cabanes en bois imitant les traditionnels marchés de Noël alsaciens (le plus célèbre, celui de Strasbourg, se tient depuis 1570). "Même si le marché tel qu'on le voit à Paris n'a rien d'authentique, cela participe d'une envie de renouer avec des traditions": "Il faut donner l'impression de l'authenticité", même lorsqu'il s'agit de vendre des babiolesMade in China"
"Après des années pendant lesquelles Noël a fait office de fête commerciale, il y a eu saturation : comme une envie d’arrêter d’uniformiser pour, au contraire, spécifier en ressortant d’anciennes figures." "Dickens a fait beaucoup pour Noël en tant que fête profane. Il en a fait un moment de partage, de solidarité, un esprit que l'on retrouve un peu partout aujourd'hui, en dépit de la marchandisation", résume Martyne Perrot. "Ce principe reste présent en France et particulièrement chez les gens qui n’aiment pas fêter Noël. Ce soir-là, les œuvres caritatives refusent parfois des bénévoles. Des associations m'ont confirmé que les dons étaient plus nombreux pendant les fêtes de fin d'année", explique-t-elle.

3075242

Les Français sont des consommateurs de plus en plus critiques, soucieux de replacer la générosité devant le culte de la surabondance. Si le budget cadeaux a baissé de 2,7% cette année, à 302 euros, relève le cabinet Deloitte (PDF), les Français ne songent pas tant à offrir "moins" qu'à offrir "mieux". Près d'une personne sur deux (47%) offrira des cadeaux d'occasion à Noël, selon une étude. La croissance constante des achats et reventes de cadeaux sur internet participe de ce nouveau Noël, toujours coûteux, mais plus rationnel, selon la culture du recyclage. "Lorsqu'ils ont le temps, certains aiment réaliser les cadeaux eux-mêmes", note Martyne Perrot, qui y voit "une tendance lourde en Europe ces dernières années".

20141225_211430

Noël est devenu une fête très laïque qui s'inscrit dans un mouvement de sécularisation plus général de la société", selon Séverine Mathieu, professeur de sociologie à l'université Lille 1 et spécialiste des questions de religion et de laïcité. "Certains refusent de fêter Noël" "D'autres célèbrent Hanouka' à peu près au même moment, avec la partie juive de la famille, puis Noël avec les grands-parents non-juifs. Cela peut faire l'objet de négociations, par exemple sur le fait de mettre un sapin ou une crèche, mais les familles font leur petite cuisine", résume-t-elle. Pour les musulmans, chez qui Jésus est un prophète, Noël se fête aussi en famille, même s'il est hors de question de sortir crèche et autres signes chrétiens.

Finalement, quelle que soit la pratique religieuse (ou l'absence de pratique religieuse), "tout le monde fête un Noël qui, selon la tradition familiale, versera ou non dans le religieux" : Noël représente "une occasion d'aller à la messe de minuit chez certains chrétiens, parfois même pas pratiquants"  "une fête des enfants" dans d'autres familles, athées, juives ou musulmanes.

Quoi de mieux que le cinéma français pour mettre en lumière l'esprit de Noël à la française ? Contrairement aux Américains, les réalisateurs hexagonaux voient dans les festivités une énième raison de râler. Et ils ont raison de pointer le potentiel explosif de cette cérémonie plus ou moins païenne : dépenses disproportionnées, réunions de famille parfois (souvent ?) imposées, préparatifs exténuants, gaieté de rigueur peu compatible avec notre maîtrise de la bougonnerie, etc. C'est aussi cela, l'esprit de Noël vu par les Français.

"Les réunions de famille sont des moments opportuns pour la libre communication de chacun", concède Christine Léon-Guérin, thérapeute familiale interrogée par le site du magazine Edith. "Si le désir est toujours qu'elles soient des moments de rassemblement, d'intégration, de communion, ces réunions peuvent aussi devenir le contraire, où les différences de point de vue, de sensibilité s'affrontent." L'esprit de Noël, même mauvais, fait ainsi partie de nos chères traditions.

Par Marie-Adélaïde Scigasg
En France, que reste-t-il de l’esprit de Noël ? http://www.francetvinfo.fr/decouverte/noel/en-france-que-reste-t-il-de-lesprit-de-noel_479238.html
Par u survFrancetvinfo.fr 24 decembre 2014

Laisser un commentaire