« La tour Triangle doit être défendue pour ce qu’elle est » Paul Chemetov

tour  triangle 2

L’analyse « La tour Triangle dans le vent des polémiques » (Le Monde du 2 novembre) dénonce un conservatisme parisien qui empêcherait tout projet nouveau et ne souhaiterait que l’haussmannisation de Paris. Cette mise à la toise généralisée serait néfaste par la volonté de niveler tout ce qui dépasserait. En dehors de quelques grandes compositions qui se réfèrent à la Seine, et en particulier celle du Champ de Mars et de Chaillot, comme celle qui va de l’Assemblée Nationale à la Madeleine, en croisant place de la Concorde l’axe historique de Paris, ce sont bien les quartiers à l’architecture et à l’urbanisme non homogènes, en forme et en hauteur, qui sont les plus agréables à vivre, les plus pittoresques, les plus parisiens au sens touristique du terme : le quartier latin, le boboland qui va de la Bastille au Canal Saint-Martin, les pentes de Montmartre, d’autres encore.

Dans la topographie parisienne, ce ne sont pas les émergences qui posent problème, mais les perspectives ou cônes de vue qu’elles impactent. La Tour Eiffel, parce qu’elle n’est pas une masse mais une résille qui accepte l’axialité du Champs de Mars s’est imposée en dépit des pétitions des protestataires, fussent-ils célèbres, dénonçant cette colonne de tôle boulonnée. Beaubourg, Marseillaise exécutée par un orchestre pop, a la même évidence d’implantation et de structure avec en outre l’invention d’une place creuse et d’une chenille d’escalators qui en signe le logo.

« La tour Triangle n’est pas une tour, mais une plaque aussi haute que large à sa base »

Pour avoir défendu ce projet en son temps, et plus récemment la Fondation Louis Vuitton, chef-d’œuvre de Franck Gehry, comme pour avoir exprimé mes doutes sur la façade de Sanaa sur la rue de Rivoli dans les colonnes de votre journal, j’ai toujours jugé des situations pour elles-mêmes, en essayant d’éviter une querelle des anciens et des modernes qui ne saurait être de mise à Paris.

Si les voisins de la Samaritaine ont affublé ce projet du sobriquet de rideau de douche, c’est que cette proposition de Sanaa est contestable, va-t-on réduire son projet à cet épiderme ? Quand je n’ai pas de rouge, je prends du bleu disait Picasso. Quel est le bleu que Sanaa nous propose alors que son rouge a été censuré ?

Les questions que pose la tour Triangle demandent pour y répondre que soient précisés quelques éléments. Herzog et de Meuron sont au même titre que Sanaa ou Franck Gehry parmi les architectes les plus célèbres du monde, par la force de leurs projets. Il leur appartient donc de fournir les éléments nécessaires à la décision. La tour Triangle n’est pas une tour, mais une plaque aussi haute que large à sa base. Ce n’est pas sa seule hauteur, celle de la tour Montparnasse, qui est interrogée, elle doit donc être dessinée, figurée et défendue pour ce qu’elle est.

Les perspectives que l’on voit privilégient la tranche, que devient ce projet en vue frontale dans le skyline parisien ? Quelle ombre porte-t-il éventuellement sur son voisinage et combien d’heures dans l’année ? En ville la contiguïté et ses conséquences sont admises, pas l’obscurité. Enfin, entre les premières esquisses et les dessins actuels, il semble que les façades se soient assagies. Est-ce par le souhait des architectes ou par nécessité économique ?

La réussite de Franck Gehry tient aussi aux moyens d’étude consentis par la Fondation Vuitton. Les promoteurs d’un bâtiment à ce point emblématique doivent, s’ils veulent le succès de leur projet, donner à ses concepteurs les moyens de leur ambition originelle, pour qu’ils puissent faire partager les raisons de leur projet et répondre aux questions qui leur sont posées, non comme les représentants des commerces qu’on leur demande d’abriter, mais comme des architectes qui proposent pour Paris une exception qui deviendrait aussi iconique que la Tour Eiffel ou Beaubourg pour ne parler que des temps modernes.

Par Paul Chemetov, publié par Le Monde le 15/11/2014

http://abonnes.lemonde.fr/architecture/article/2014/11/15/la-tour-triangle-n-est-pas-une-tour-mais-une-plaque-aussi-haute-que-large-a-sa-base_4524214_1809550.html

Laisser un commentaire