Modiano, le Prix Nobel de littérature est parisien

mod BF2QCEAAETplPARIS: PATRICK  MODIANOmod jeunemagnum-photos-2007-450x450

Le nouveau Prix Nobel de littérature est parisien ! L'auteur de «la Place de l'Etoile» et de «Rue des boutiques obscures » habite en effet un vieil immeuble près de la place Saint-Sulpice, dans le 6ème arrondissement de Paris. Un quartier où il a passé une partie de sa jeunesse. « Parce que les souvenirs étaient trop douloureux, Modiano l'a fui pour la Plaine-Monceau, raconte le critique Jérôme Garcin. Il est revenu sur la rive gauche de la capitale quand le paysage avait changé et dissipé les fantômes du passé: «Maintenant, il n'y a plus que des boutiques de prêt-à-porter, c'est comme si je n'avais jamais grandi ici»… Le romancier français a centré toute son œuvre sur le Paris de la Seconde Guerre mondiale, dépeignant le poids des événements tragiques d’une époque troublée sur le destin de personnages ordinaires.

magnum-photos-2007-450x450

En ce jour de fête, Patrick Modiano est « heureux, raconte son éditeur, même s’il trouve cela bizarre… »! "Cela me semble un peu irréel parce que je me souviens de souvenirs d'enfance, même Camus, je devais avoir 12 ans, et puis d'autres", a dit le romancier lors d'une conférence de presse. "Cela me semble un peu irréel d'être confronté avec des gens que j'ai admirés", a ajouté Patrick Modiano.

Il a été récompensé pour «l’art de la mémoire avec lequel il a évoqué les destinées humaines les plus insaisissables et dévoilé le monde de l’Occupation», précise l’Académie suédoise. Son «univers est fantastique, ses livres se répondent les uns aux autres», explique le secrétaire perpétuel de l’Académie suédoise Peter Englund, qualifiant l’auteur de «Marcel Proust de notre temps». Grand amateur de fait divers, Modiano est marié depuis 1970 avec Dominique Zehrfuss et père de deux filles, ne s'est toutefois pas retiré du monde. En 1974, il écrit, avec le cinéaste Louis Malle, le scénario du film "Lacombe Lucien", histoire d'un adolescent dans la France de 1944. Il est l'auteur d'un essai avec Catherine Deneuve sur sa sœur tôt disparue, François Dorléac. Juré en 2000 du festival de Cannes, il a aussi écrit des paroles de chansons, comme "Etonnez-moi Benoît!", interprétée par Françoise Hardy.

PARIS : Patrick Modiano
Il ne peut écrire que sur le passé, s'en plaint d’ailleurs, et ne sait pas comment s'en sortir ! Il jure de vouloir changer de registre. «J'ai bien essayé d'abandonner la fiction, dit-il, mais ça ne résout rien.» Prix Nobel à 69 ans, il rejoint au panthéon de la littérature française des grands noms comme Anatole France, André Gide, François Mauriac, Albert Camus, Jean-Paul Sartre ou Claude Simon, récompensés également par l'Académie suédoise. Il recevra la coquette somme de 8 millions de couronnes suédoises soit près de 900 000 euros.
"Je n'ai rien à confesser, rien à élucider et je n'éprouve aucun goût pour l'introspection et les examens de conscience, dit Modiano. Au contraire, plus les choses demeuraient obscures et mystérieuses, plus je leur portais de l'intérêt ». Son éditeur Antoine Gallimard est ravi : « C’est une victoire de la littérature pour ce qu'elle a d'inestimable, celle qui sort des chemins battus et des modes actuelles. Patrick a passé sa vie à raconter comment un jeune homme vit avec ce traumatisme de la guerre, dans le monde d’aujourd’hui. Dans ses romans, chacun peut trouver ses propres traces. »
Né en 1945, protégé de Raymond Queneau à ses débuts, Patrick Modiano a écrit une trentaine de romans, dont « Les Boulevards de ceinture », pour lequel il a obtenu le Grand Prix du roman de l’Académie française en 1972, et « Rue des boutiques obscures », avec lequel il a décroché le Prix Goncourt « pour l’ensemble de son œuvre » en 1978. Un autre Français, Jean-Marie Gustave Le Clézio a reçu le prix Nobel de Littérature en 2008.

Modiano 2

Ecrire, c’est pour lui un "effort" considérable, avoue-t-il à un critique de Paris Match : «Je me force. Au début d’un roman, je suis facilement découragé. Si je ne me contraignais pas, j’abandonnerais. Il paraît que certains auteurs peuvent écrire huit heures par jour. Moi j’essaie d’écrire deux pages, je me fixe un but et puis j’arrête. Je ne veux pas aller trop vite. C’est pour ça que j’écris à la main. Sinon, c’est trop rapide. Cela provoque des court-circuit.» Un personnage ! Un compagnon de génie pour visiter Paris, livre en mains.

Laisser un commentaire