Mois de la Photo, 30 jours de trésors et d'émotions

photo grand2386Un mois de trésors. Comment qualifier ce Mois de la Photo 2014 sinon qu’il est plus que jamais riche de trésors, quelle que soit la thématique choisie ? C’est un mois de trésors, dit Henry Chapier. Deux années de travail ont été nécessaires aux commissaires chargés d’illustrer les thématiques choisies par le directeur de la Maison Européenne de la Photographie, Jean-Luc Monterosso : Giovanna Calvenzi et Laura Serani pour la photographie méditerranéenne, Valérie Fougeirol pour les photographes anonymes et amateurs célèbres, et Jean-Louis Pinte pour les expositions au cœur de l'intime.

photo baki-689

Du côté des amateurs célèbres, on se bousculera au Pavillon Carré de Baudoin pour Michel Houellebecq, annonce le Président de Paris Audiovisuel, mais aussi à l’Institut Hongrois, qui affiche la genèse du photojournalisme dans ce pays. A la Maison Européenne de la Photographie, on accueille Michel Frizot.

Au cœur de l’intime, David Guiraud expose dans sa galerie « Le Corps Masculin », en réplique ou en complément à la récente manifestation du Musée d’Orsay. Dès le début septembre, la Fondation Henri Cartier-Bresson inaugure le passage du noir à la couleur traité par William Eggleston.

photo f0379aa49b0b32fdf400d283ae8f

Quant à la photographie méditerranéenne, qui bénéficie d’une sélection abondante, le visiteur n’a que l’embarras du choix, contraint de surcroît à un parcours marathonien à travers les galeries et face à des artistes qui instaurent un véritable dialogue des cultures. La Maison Européenne de la Photographie se réserve une découverte nommée Alberto Garcia Alix.

Ce panorama stimulant représente deux années d’un travail acharné des commissaires chargés d’illustrer les thématiques choisies par le directeur de la Maison Européenne de la Photographie, Jean-Luc Monterosso, au terme d’une concertation collégiale. A noter pour l’anecdote que les femmes jouent spontanément un rôle prépondérant et majoritaire dans ce Mois de la Photo 2014, bien au delà du principe de la parité"

Un miroir d’émotions

Cette année, le Mois de la Photo rassemble plus d’une centaine d’expositions, réparties dans toute la capitale, explique  Jean-Luc Monterosso : musées, centres culturels, galeries privées. Cette profusion, cependant, ne doit pas mettre en doute la cohérence des démarches et l’exigence des regards. Un miroir d’émotions.

photo 6

Une fois encore, les institutions de la Ville de Paris ont uni leurs efforts : le Musée d’Art Moderne, la Maison de Victor Hugo, le Musée Carnavalet, le Musée d’art et d’histoire du judaïsme, mais aussi des établissements plus récents, comme la Gaîté Lyrique, le 104 ou la Maison des Métallos.

A la Maison européenne de la Photographie, c’est Michel Frizot, avec son exposition « Toute photographie fait énigme », et le photographe espagnol Alberto Garcia-Alix qui donnent le « la », tandis qu’en ouverture, le Salon de la Photo célèbre l’anniversaire de Sabine Weiss et que s’organise la première édition du festival vidéos « Open VideoArt », sous le patronage d’Arte.

Trois grands thèmes orchestrés par quatre délégués irriguent cette 18èmebiennale, précise le Commissaire général : la photographie méditerranéenne, par Giovanna Calvenzi et Laura Serani, les photographes anonymes et les amateurs célèbres, par Valérie Fougeirol, et « Au cœur de l’intime », par Jean-Louis Pinte. Trois thèmes qui traversent et nourrissent la création photographique contemporaine

La Méditerranée, dont l’actualité brûlante nous donne à voir chaque jour son lot d’images tragiques, mais qui fut et reste le berceau de notre civilisation, est illustrée par une série d’expositions qui, du journalisme au récit de voyage, de l’autobiographie au devoir de mémoire, documentent, illustrent et interrogent une réalité historique, politique et sociale souvent complexe.

PHOto 709c7e8c-6358-11e4-8a4b-994413d6501d-805x600

Les amateurs et anonymes produisent aujourd’hui la majorité des images diffusées dans le monde. Les archives oubliées, les fonds redécouverts recèlent parfois de vrais trésors. De même que peuvent émerger chez des personnalités inattendues, des talents photographiques ignorés. Tel l’artiste Carlos Cruz-Diez à la Maison de l’Amérique latine, le dramaturge Witkiewicz à la Galerie de France, ou encore l’écrivain Michel Houellebecq au Pavillon Carré de Baudoin.

Enfin l’intime, dont on ne répètera jamais assez qu’il constitue un des ultimes enjeux dans une société où la sphère du privé se dissout peu à peu dans une toile de plus en plus envahissante. Comme l’écrit Jean-Louis Pinte, l’intime est « un rempart à la vulgarisation de soi ». Les photographies qui illustrent ce thème proposent ainsi des incursions singulières dans des mondes souvent marginaux, parfois ordinaires, mais dans lesquels l’imaginaire côtoie toujours l’émotion.

photo grand2400

L’édition 2014 du Mois de la Photo répond ainsi, à travers expositions et événements, à certaines des interrogations majeures d’une société en perpétuelle quête de repères et de sens.

http://www.mep-fr.org/mois-de-la-photo/mdlp2014/

http://www.paris.fr/accueil/culture/le-mois-de-la-photo-un-mois-de-tresors/rub_9652_actu_149931_port_24330

http://www.mep-fr.org/evenement/alberto-garcia-alix/

William Eggleston: From Black and White to Color. 

Fondation Cartier-Bresson, 2, impasse Lebouis (XIVe). Tél.: 01 56 80 27 00. Jusqu'au 21 décembre.

DE FAUX HORIZONS d’Alberto Garcia-Alix, Maison européenne de la photographie, à Paris, jusqu’au 25 janvier. Catalogue RM/MEP, 128 p.

Egalement, jusqu’au 22 novembre, à la Galerie Kamel Mennour, 47 rue Saint-André-des-Arts. Rens. : www.kamelmennour.com

 

Laisser un commentaire