La restauration de l’Arc de Triomphe : une grande aventure

Ce fut un travail de titan..  Afin de retrouver tout l’éclat et la valeur des groupes sculptés qui ornent l’Arc de Triomphe, le Centre des monuments nationaux en a confié la restauration à l'architecte en chef des monuments historiques, Etienne Poncelet. Plus de 1 million de personnes visitent  l'Arc de Triomphe chaque année, ce qui le place loin du musée du Louvre ou d'Orsay ou encore du château de Versailles ...  Cela valait la peine de restaurer ces symboles des gloires napoléoniennes passées.

chantier_photo_fichier_arc.2__

Ces chefs-d’œuvre évoquent « le triomphe de Napoléon » (Jean-Pierre CORTOT), « la résistance » et « la paix » (Antoine Etex) et la « le départ des volontaires » ou la marseillaise (François Rude, sculpteur du romantisme). Ils ont été réalisés entre 1833 et 1836. Construit de 1806 à 1836 à l'initiative de Napoléon, l'arc de Triomphe de l'Étoile se trouve dans le huitième arrondissement de Paris, place de l'Étoile, à l'extrémité des Champs Elysées. 55 mètres de haut, 45 mètres de large et 22 mètre de profondeur, il fut édifié pour témoigner des victoires des armées françaises, il est aujourd'hui à la fois l'un des symboles de Paris, et le gardien du souvenir des soldats disparus à la guerre.
Plus de 20 ans après les travaux de nettoyage de l'Arc de Triomphe réalisés lors du bicentenaire de la Révolution, les reliefs présentaient un encrassement (principalement dû à la pollution) qui brouillait la perception du modelé de la sculpture. Par ailleurs, l'hydrofuge protégeant la peau de l'édifice datait d'une vingtaine d'années et nécessitait d'être repris. Il fallait procéder au nettoyage de la surface de la pierre afin d'en ôter les poussières, et de restaurer ponctuellement les reliefs. Il fallut se faufiler à travers les cérémonies, les touristes et le rendez-vous quotidien du ravivage de la Flamme.

chantier 2 _photo_fichier_arc_01_bache-ok

Le parti architectural d’Etienne Poncelet fut la restauration en profondeur des sculptures :« il fallait  assurer une harmonie entre les parois des piliers blancs de Château-Landon, imprégnés d'hydrofuge, et les pierres de Chérence sculptées, de nuances plus dorées, ayant conservé les traces de leur couverte ocre rose d'origine ». L'architecte en chef des monuments historiques a eu recours à de nombreux intervenants, des restaurateurs de pierre, des ingénieurs en laboratoire (notamment du LRMH)... Cette opération a également bénéficié de l'aide technique de la société Kärcher (pour la réalisation d'essais de nettoyage des différents types de pierre), et d’une aide au mécénat de Dassault, à hauteur de 800 000 euros. Un effort indispensable pour conforter la splendeur des Champs Elysées auprès des touristes du monde entier. Selon le Comité des Champs-Élysées, le nombre de visiteurs se chiffre à 100 millions par an. Lors d’événements festifs, il peut y avoir million de visiteurs par jour au pied de l’Arc de Triomphe...

Toutes les informations pratiques  sur les sites :

http://www.paris-arc-de-triomphe.fr/

http://www.paris-arc-de-triomphe.fr/Preparer-sa-visite/Informations-pratiques

https://www.monuments-nationaux.fr/Espace-Decouvertes/Arc-de-Triomphe-Paris

 

Laisser un commentaire